Expositions marquantes >>> 
Ma démarche créative >>>
De l'élaboration d'une coupe >>>

Ma démarche créative se nourrit de la pratique libre du croquis et de l'encre de chine, ainsi que de la fréquentation régulière de musées et expositions.

Je recherche le dépouillement des formes, des lignes ; j'aime jouer sur l'opposition des matières, leur complémentarité ou leurs contrastes : lisse/granité, mat/brillant, poli/oxydé, martelé/lisse.

Dans le décor des pièces, je souhaite l'effet minimal. Au fil des années, je me suis composé un registre personnel de quelques éléments répétitifs issus du bijou et qui trouvent leur place sur les pièces de forme : lignes de perforations, rivets, godrons, côtes parallèles. Autant de reliefs destinés à accrocher la lumière ou à mettre en valeur le rapport or/argent.

Mes premiers bijoux furent de petites reproductions en céramique des masques de Max Ernst ou figurines de Picasso, durant les années de lycée.

J'ai pratiqué le dessin et l'encre de chine tout au long de mes études de Droit, mais je n'envisageais pas alors un métier d'art. Il m'a fallu la décantation de deux années de coopération au Laos et un voyage à travers l'Asie pour, au retour, orienter mon intérêt vers l'histoire de l'art d'abord (à l'École du Louvre) et dans la pratique du bijou ensuite. J'ai alterné une formation théorique avec une succession de découvertes dans des ateliers parisiens du métal. La démarche était pragmatique et l'envie de réaliser mes premières créations s'est imposée.

Après une courte étape à Montmartre, la ville de Tours m'a offert l'opportunité d'une première installation dans ses quartiers anciens. Huit ans après, j'ai installé mon propre atelier dans un espace plus vaste et plus retiré, conditions devenues indispensables pour la pratique de l'orfèvrerie sous ses facettes multiples.

En 2000, j'ai choisi le village de Candes-Saint-Martin comme lieu idéal pour ma création.